Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1947 / 1993

 

 

"Personne ne meurt de la mort,

nous mourons tous de la vie."

Octavio Paz

(N'y a-t-il pas d'issue ?)

 

 

   Pendant des mois j'ai habité avec une pierre, c'est comme d'habiter avec une idée qui serait toujours la même et se courberait sous son propre poids.

 

   La vie avait brodé d'arabesques la mince étoffe de mon corps : j'étais un théâtre la nuit, j'étais un jeune homme avec des bras de maronnier, j'étais une implacable promenade - comme un refrain derrière les murs d'une prison.

 

   M'éveillai-je en disant :   Ah ce n'est qu'une pierre ! - Aussitôt ses lourdes paupières se refermaient sur ma lampe de chevet : j'étais ce prisonnier ramené dans son cachot et sur qui s'abat, aux premières heures du jour, la paille de ses propres mains.

 

 

 

 

   C'était par une sale journée d'octobre - comme un corridor dans un corridor.

   La ville n'était que bruits de petites serrures compliquées qu'on manœuvre, de fenêtres jouant avec le vent.

 

   Soudain je vis que j'étais dans une cour intérieure, au centre d'une fantasmagorie de mots chargés de haillons. Je n'aurais pas su où trouver mes jambes, dans la réalité. Au premier pas que je fis, ma tête monta un escalier tournant en vis.

 

   Qui ne s'est jamais appuyé au mur pour ne pas tomber, à minuit, sur un quai, par une froide pluie d'automne ?

 

 

 

   Vus de loin, les hommes ne sont pas pires que le pain noir. Certains sont dignes d'une parole, les autres blessent l'œil : ils ont ce je ne sais quoi de honteux qui est la marque des pignons dégradés.

 

   C'est la vie : une portion de bouillon maigre, des hésitations, de l'encre, une lampe de chevet, l'habitude - en peu de jours, et le préau à l'heure de la récréation.

 

   Deux jeunes filles suivent un nuage avec des yeux avides, elles marchent, elles respirent, elles répondent de ma vie.

 

   N'importe, c'est horrible, l'absence vue de    près !

 

 

 

à suivre bientôt....

 

 

Jean-Loup Fontaine, décédé en 1993, a laissé une importante œuvre inédite. "L'Epreuve de la Pierre" a été éditée, à titre posthume, sur les presses de Cheyne au Chambon-sur-Lignon, l'été 1994, accompagnée d'images de Katy Couprie. Cette édition originale a été tirée à mille exemplaires sur papier recyclé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0