Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thierry Renard

 

 

 

   Tout allait bien, ou presque. L'année 2014 s'achevait, peu à peu. Et nous marchions vers des horizons nouveaux, indépassables : les « 30 ans » de l'Espace Pandora et le quarantième anniversaire de l'assassinat de Pier Paolo Pasolini, immense poète à qui nous avions décidé de rendre hommage en sautant par-dessus la frontière des langues.

   Nous étions en route pour 2015, soulagés, et impatients. Mais les attentats du mois de janvier ont eu lieu et, après eux, une suite d'horribles séquences à traverser, ici ou là, ici et là. La barbarie avait refait surface ou, plutôt, elle poursuivait son aventure sanguinaire en disant son nom, son nom qui est le nom du crime et de l'intolérance. La sauvagerie est inhumaine et elle piétine les êtres et leurs langues sans se soucier des lendemains.

   Maintenant, nos lendemains ne chanteront plus jamais si nous ne réagissons pas d'emblée, avec les modestes armes qui sont les nôtres, face à l'horreur totale.

   C'est pourquoi il faut tenir le coup et maintenir le cap, coûte que coûte. C'est pourquoi il faut résister avec les armes du poème, de la lettre d'amour, de la chanson simple et de l'humour.

   Résister, encore, en défendant partout sur la planète la liberté d'expression et la liberté d'émotion. Résister, pour de bon, parce qu'il existe, bel et bien, des valeurs universelles et démocratiques. Les arts et les sentiments ne sont pas neutres, ils en disent long sur nous et sur la chance d'un autre jour.

   Notre République est fatiguée, elle aussi. Aidons-la à renaître de ses cendres. Formons le dernier carré du PAL (Poésie. Amour. Liberté.) en inventant, toujours, de nouveaux laboratoires linguistiques et artistiques. Cela en vaut la peine, je vous assure...

 

 

Tag(s) : #Humeurs

Partager cet article

Repost 0