Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  

 

 

 

 

 

   Tout est un peu plus haut. J'ai grandi d'un jour neuf. Il m'a suffi d'étendre la main, large et profonde, comme une vallée suspendue

   sauvées des terres ensevelies

   pour déplier le ciel, briser le givre, redresser la montagne

   que la nuit semble avoir déplacée.

   Une neige sans bruit a bu la pesanteur. Les choses reposent au matin, légères dans un silence de verre où le cœur un moment

   a cessé de battre...

   Suspendu à un souffle d'azur, et retenant une plainte sur le point d'échapper,

   dans les airs bleus et cassants, j'assiste à la dérive lente des contours anciens

   la courbe des mondes, le profil fuyant des continents

   les cimes comme des brisants, lointain d'écume

   d'un centre disparu... Chaque figure

   chaque menu trait dans son écrin de glace

   couronne scintillante, comme un premier visage

   ou un ultime regard.

 

 

*

 

Rameaux enchevêtrés  - longs fils de lumière -

balançant en gerbes hautes dans les airs froids

où fleurit le ventre jaune de la mésange

et gonfle le fruit luisant de l'heure immobile

gorgée de ciel nu  - piquante, comme gelée au bout de sa tige...

Souffle habillé de givre,

l'après-midi ébloui, transi, ravi

sur un bouquet d'arbres argentés

où chante un oiseau pour le ciel immense

et vide. 

  

Philippe Mac Léod : PUISSANCE DU MYSTÈRE
Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0