Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roger Gonnet : Deux poèmes...

Extraits  : d’ÉCLATS  

 

 

La nuit étale ses chiffons

Charbonne les images

Tu voudrais lui nettoyer les mains

 

Sur le ciel que la nuit crayonne

Tu vois danser les lampes

Sur les trottoirs du temps

 

Sur les bleus défaillants

Tu traverses comme un désert

Avec tes lanternes fragiles

Et tes paroles qui brûlent

 

 

 

Le silence gerce

Rien ne paraît bouger

 

Le jour effacera l’ombre

Les rues se mettront à parler

 

Tes pensées s’attarderont

Sur le mur de la page

Sur les bleus profonds

Et les verts impossibles

 

Tu frôleras les murs

Dans la vibration du temps

Sans savoir qui se cache

Dans le touffu des arbres

Tu fais confiance aux oiseaux

 

 

 

Le temps marche, usé jusqu’à l’os

La terre noire des paroles que la mort a celées

Nous pataugeons dans la vase des bas-fonds

 

Une lueur vacille, un souvenir s’éloigne

Comment savoir ce que la neige a répandu

 

C’est du vide dont tu parles

Des chemins où tu te fourvoies

   

Mais la beauté des nuages

Le bleu où tu trempes les doigts…

 

 

 

***

 

 

La nuit pèse sur ton regard aveugle

La nuit longue, les routes tristes

Tu traverses vêtu de poussière et de cendres

Silencieux et consentant

Tu es celui qui vient et qui s’absente

 

Les paroles chauffent sur des feux éteints 

Le temps intouchable, la nuit est sans issue

 

Comme un corps vieillissant

Lové dans l’ombre

Mais fort des lueurs traversées

Tu as dans la blancheur et le manque

Les lèvres sèches des paroles prononcées

 

 

***

 

Vous pouvez continuer à suivre Roger Gonnet sur sa page F.B...

 

 

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :