Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean Lavoué : un druide matinal, un franchisseur de croix...

 

   J'aime en général les poètes aux images limpides, qui célèbrent dans la simplicité, la fluidité d'un chant, les beautés parfois cachées du vivant et de la nature, la fraternité et la bienveillance, l'éveil, l'invisible et l'indicible... J'aime ainsi par exemple (et sans les citer tous...) François Cheng, Gilles Baudry, Jean Malrieu, René-Guy Cadou, et bien sûr Jean Lavoué, qui entre ainsi de plein droit dans mon ciel étoilé...

   Ce rien qui nous éclaire, qui débute par une inspirante préface de Gilles Baudry, va ainsi nous proposer 92 très beaux poèmes, faciles à lire mais très profonds. Ce livre de 156 pages est avant tout, pour commencer, très agréable à feuilleter, à toucher... Il s'accompagne sur la couverture d'une petite mais gracieuse illustration en couleur d'un rouge gorge ; et d'une gravure, à l'intérieur, de Nadejda Menier, avec ce même rouge-gorge, rouge, si rouge alors que sa gorge devient flamme, comme pour mieux nous aider et nous éclairer dans notre nuit - nuit d'ailleurs révélée, manifestée, par cette même gravure..

   "La poésie ne se trouve pas d'abord dans les livres", nous prévient au préalable, dans un avant-propos, Jean Lavoué : "Elle sautille comme un oiseau ivre sur les branches de nos vies. Il n'est pas nécessaire d'écrire ni de lire des poèmes pour se reconnaître d'elle". En effet, dans notre monde d'objets de consommation, de bitume et de béton, de concepts figés, d'argent-roi idolâtré à l'extrême, de violence et de corruption, il est bon (et peut-être urgent !) de rappeler que ce qu'il y a, avant tout, d'essentiel et de vivant dans notre humanité, peut aussi se nommer poésie ; et que finalement : "Tout chemin vrai est indicible / Sauf le chant qui nous réconcilie"  (poème 5, p.23).

   Ainsi,  "Nous naissons (...) / D'un rêve étonné / Posé sur les paupières du jour. // (...) "Nous quittons l'apparence /  Pour le secret. //  Nous réalisons alors ce rien que nous sommes, / Saisi soudain sans y penser / Par le mystère et par l'Amour."  (poème 3, p. 21, dédié à François Cheng.).

   Pour "Ce rien qui nous éclaire", comme une ligne de conduite - une proposition de chemin, nous est alors suggérée dès le poème 7. Je ne résiste pas au désir de vous le soumettre in extenso, cher lecteur ... 

                            Se tenir en ce rien

                                      Et n’y pas succomber

                                      Mais trouver là passage   

                                      Vers le royaume secret

 

                            Comment se pourrait-il

                            Sans goûter au silence

                            Que la nuit s’y féconde

                            Que l’aube y soit complice ?

 

                            Si un jour sans appui

                            Tu ne crains plus ce vide

                            Sans doute y verras-tu

                            Des signes inédits

 

                            Peut-être des miracles

                            Ou de simples aveux

                            Des chemins qui t’enfantent

                            Des matins inconnus

 

                            Peut-être cet espace

                            Que tu redoutais tant

                            Ou même cette demeure

                            Que tu n’attendais plus.

 

   Il y a aussi dans ce livre des conseils de Vie offerts - qui valent l'enseignement d'un maître spirituel ...  Alors de nouveau in extenso voici, en cadeau, le poème 30 qui se présente sous la forme d'un Chant profond :

 

SI LE SILENCE T’ÉCHAPPE,

Échappe-toi avec lui !

                     Suis le premier oiseau,

                               Écoute bien son chant :

                               Comme il résonne en toi

                               D’un amour infini.

 

                     Si le froid t’engourdit

Chausse-toi de courage,

Mets tes pas dans la neige

Suis des chemins de gel,

Éprouve leur douceur

Apprivoise leurs cris.

 

Quand le jour t’appauvrit,

Quand le nuit te précède,

Que tu ne sais plus l’heure

Ni l’instant de ta perte,

Pose là tes désirs

Tes armes et tes combats.

Sors des ombres têtues,

Prends la voie souveraine

Qui n’a pour seules lumières

Que d’épouser tes pas.

 

Si ton cœur te fait mal

Si ton corps te malmène,

Si ta vie est pour toi

Un supplice, une croix,

Écoute murmurer

La sève de tes veines :

Sois le sang des racines,

L’effleurement de l’aile,

L’adagio des nuages,

La vibration de l’air.

 

Si tu te sens très seul

Si l’hiver est en toi

Comme un puits déserté,

Une branche si nue,

Un matin sans soleil,

Frôle la dure écorce,

Devine son enfance,

Sois pour elle saison

Bruissante de bourgeons.

 

Ne retiens rien pour toi,

Laisse faire le silence

Et il te le rendra

Au plus près de ta joie.

 

 

   Ce livre se clos par une bio-bibliographie complète de l'auteur. Jean Lavoué par ailleurs nous signale que les "réseaux sociaux sont aussi pour lui de minuscules sentiers où ne cesse de se donner la parole. Il s'efforce d'en prendre soin afin de tenter d'y ouvrir des clairières pour le Poème, l'éveil et la fraternité".

  

   Nous apprenons aussi que ce recueil constitue pour la toute nouvelle maison d'édition, L'enfance des arbres (qui s'inscrit dans le sillage du blog poétique du même nom www.enfancedesarbres.com, et qui existe depuis dix ans) le tout premier ouvrage de la collection "Poésie et intériorité". Le deuxième, que j'ai déjà en main, et pour lequel j'ai aussi programmé une lecture, est du moine-poète Gilles Baudry et s'intitule "Un Silence de Verdure" , accompagné par des illustrations de Nathalie Freour. Déjà sont programmés, pour 2017, 4 autres ouvrages avec des textes d'auteurs qu'accompagnent des artistes par  des pastels, des photos, ou des calligraphies !

 

***

 

Jean Lavoué : "Ce rien qui nous éclaire" Editions L'enfance des arbres, 13 Euros +  2 euros de frais de port ; à commander à l'adresse suivante : 3 place vieille ville 56700 Hennebont / France ; ou par email : jlavoue@gmail.com 

 

 

 

 

  

   

Tag(s) : #Article

Partager cet article

Repost 1