Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

L'étoffe d'un matin

 

Jamais la vue ne fut si belle
Qu'en ce matin de juillet
Accoudée à la grève lisse
La mer s'éternisait

 

Il eût suffi d'un embrun
D'un souffle que le vent dépose
D'un mensonge qui se superpose
Au sable bruni du chemin

 

Il eût suffi d'un frisson
D'une falaise qui s'étire
Du cri haletant d'un navire
Pour désarçonner le destin

 

Jamais le ciel ne fut si pur
Qu'en ce matin de juillet
Accoudée à la grève lisse
La mer s'éternisait

 

 

                                                ***

 

 

 

Un ange s’est penché sur le berceau de l'onde
Sur le berceau de l'onde un ange s’est penché
Et le ciel éperdu s’est ouvert à la ronde
Comme s’ouvre la mer sous le pas du berger

 

C’est là que je le vis surgissant de ses âges
Sous la frondaison d’or d’un arbre de Judée
À cet instant précis où le vent s'ensauvage
Froissant d'un jet d’azur la toge de l’été

 

Face au soleil naissant il a lissé ses ailes
Et au banc du silence ardemment s’est posé
Épinglant une à une ses larmes éternelles
Sur l’ombrelle amarante des roses de Pangée

 

Aux rameaux de son coeur l'incandescente brise
À sa main le soleil de l’éternel retour
Et à son front béni la couronne conquise
Par-delà l’oraison suprême de l’amour

 

Un ange s’est penché sur le berceau de l’onde
Sur le berceau de l’onde un ange s’est penché
Et son chant éperdu s’est offert à la ronde
Comme s’offre le ciel au dessus du verger

 

 

                                    ***

 

 

LE SILLON

 

Celui qui nous sépare
N’est pas né de Ce Monde
Il pose sur les fleurs
un regard vertébré
Le printemps nous désigne
Mais nos paupières sombres
N’entrevoient que l’hiver
Et son prisme glacé

 

Nous allons indigents
Au halage des brèches
Cueillir les fins remous
Des écluses damnées
Chacun à notre porte
Chacun à notre bêche
Telles des âmes en peine
Aux branches de l’été

 

Celui qui nous sépare
N’est pas né de Ce Monde
Il pose sur la mer
Sa longue main gantée

 

 

 

Vous pouvez continuer à lire Sylvie Méheut sur sa page F.B.

 

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0