Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lèvres suspendues au désir,
soif de tout
dans l'oubli de la pudeur
et des non-dits.
S'arracher un soupir
puis s'apaiser
sur le drap froissé,
la lumière du soleil diffuse,
déjà le croissant de lune figé
pare la nuit.

Instant de grâce ...

 

***

 

Flammes ondulantes,
la clairière des ombres,
des silhouettes accrochées bout à doigt :
danse ronde...
L'odeur de galette
égratigne la nuit.
Rire de nuit,
rire de mouettes,
chien hurlant sous la lune,
les vagues lèchent le roc,
gourmandes.
Dons de nuit,
éclats de beauté et de tremblements.

 

 

***

 

Me voici,
ici,
entre ses murs trop pastels
mais pas ici,
ailleurs,
dans ses forêts, caressantes,
ces poumons qui nous font aimer la vie,
les murmures discrets des arbres,
feuillages tremblants
accompagnés du chant des oiseaux,
les percées des rayons de l'astre
comme de la magie éphémère ;
dans ses prairies colorées,
jonchées de mille fleurs,
ou se pavanent les papillons et les abeilles,
les herbes folles se couchent sous le poids de mon corps ;
dans cette maison en bois, un peu à l'esprit du grand Nord canadien,
le feu crépite dans l'âtre, joyeusement
et au-dehors le vent gifle ardument,
la neige si blanche, semblant une éternité
et les loups qui hurlent leur plainte à faire couler mes larmes.

Me voici,
ici,
entre ses murs défaits,
cet unique carreau,
ce néon presque blafard, provocateur,
et mon esprit ailleurs.

Je souris,
le coeur cognant dans ma poitrine amincie,
des mots au-dedans
et du silence autour..

J'attends l'heure...

 

 

***

 

 

 ( à mon ami, Robert Notenboom)

 

Ce souffle sera ma tombe,
peu à peu,
peau de chagrin
il me faudra être fort
mais le serais-je ?
Je caresse ma plume
ma plus tendre amie
pour qu'elle me guide...

 

 

***

 

 

Se peut-il que la tristesse n'ait pas de fond,
qu'elle engloutisse avec sévérité les miettes de bonheur.
Cœur en creux, comme creusé de coup de pioche
avant la tombe.
Le frisson glacé même sous le soleil.
Le temps doit venir de la mue.
Au regard, la fleur de soucis,
gaie dans son orange,
l'élégance simple
pour composer le sourire.

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :