Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

                                                       Rencontre

 

 

 

      Le fait que je n'ai pas peur dans le noir me fit sourire malgré moi. C'était rassurant pour une fois de ne pas se sentir menacé de quoi que ce soit. La forêt était paisible. Je pouvais entendre de-ci de-là un écureuil, un oiseau, une musaraigne ... Je suivais le sentier qui serpentait entre de gros pins. Cet état de quiétude m'était agréable après toute la tension accumulée ces deux derniers jours.

   Sans m'en rendre compte je m'étais enfoncée dans le sous-bois. La lune n'étant pas très grosse, je naviguais dans la pénombre, n'y voyant pas à plus d'un mètre de distance. Je décidais de faire demi-tour pour rentrer car n'ayant pas de cadran lumineux sur ma montre-bracelet, je ne savais pas depuis combien de temps j'errais ainsi. Subitement toute mon attention fut captée par une petite lumière qui flottait au ras des fougères. Je me dirigeais vers elle sans y réfléchir, des lucioles sans doute. Pourtant en me rapprochant ces lucioles paraissaient plus imposantes que la normale. Elles étaient également de couleurs différentes. Intriguée,  je m'avançais...

 

   On aurait dit qu'elles dansaient au rythme d'une mélodie. L'une était d'un jaune-orangé et l'autre d'un camaïeu de violet. Aucun bruit ne s'en échappait. Je m'arrêtais à un mètre de distance et observais leur danse. C'était ravissant et hypnotisant. Je ne saurais dire combien de temps je les épiais ainsi ... À un moment, elles se rapprochèrent de moi. Je tendais la main et un de mes doigts effleura la boule mauve. Des petits picotements montèrent dans ma main comme une mini décharge électrique. C'est un peu ce que l'on ressent quand on glisse sa langue sur les deux bornes d'une pile électrique pour savoir si elle est vide. Je n'arrivais pas à détacher mon regard de ce ravissement. Leurs figures de ballet ralentirent pour finir par disparaître. Elles restaient là comme une feuille flotte sur l’eau. Subitement elles s'approchèrent de moi avec une lenteur prudente. Elles se placèrent à hauteur de mon visage et stoppèrent. J'étais émerveillée, mon visage éclairé par leur luminosité. En forçant mon regard à plus de précision, je sursautais. Quelque chose bougeait à l'intérieur de chacune d’elle.

  • Oh !...
  • Bonjour !...

   Deux petites voix venaient de me saluer. Une sueur froide me couvrit la nuque mais j'étais bien trop curieuse pour détourner le regard ou songer à fuir.

  • Bonjour ! Dis-je à mon tour. Je cherchais à camoufler mon anxiété mais ma voix venait de me trahir.
  • N'aie crainte nous ne te voulons aucun mal ...

   C'était comme si quelqu'un chuchotait à mon oreille.

  • Qui êtes-vous ? Ou plutôt qu'êtes-vous ?
  • Nous sommes des amis ... Nous t'attendions depuis un moment déjà...
  • Oh ! Je ne savais pas que nous avions un rendez-vous...
  • Pouvons-nous nous montrer ?
  • Oui, pourquoi ?
  • Tu es seule ?
  • Oui.

   Les boules lumineuses se mirent à vibrer comme si elles allaient imploser. Puis au bout de quelques instants comme une brume qui se dissipe, je découvris ce qui gigotait à l'intérieur ...

  Mes yeux s’écarquillèrent. J'ouvris la bouche mais aucun son ne voulut sortir de ma gorge. Le spectacle était époustouflant ... Je n'étais pas prête à ça. Je crois que je ne m'y ferais jamais d’ailleurs. Je ne sais pas à quoi je m'attendais du reste, mais en aucun cas mon imagination n'aurait pu élaborer quelque chose d'aussi grandiose ...

   À l'intérieur des sphères d'énergies se tenaient deux petits êtres à couper le souffle de n'importe quel humain. Leur beauté était absolument parfaite. Elles avaient tout des créatures célestes que l'on décrit dans nos légendes ...

   Dans l'amas jaune-orangé, se tenait un homme. Ses cheveux étaient  châtain-roux et descendaient en  cascades de boucles sur ses épaules. Ses traits étaient d'une finesse incroyable. Je n'arrivais pas à détacher mes yeux des siens car ceux-ci étaient de la même couleur que son énergie : jaune-orangé ! Il portait une longue tunique dans les tons aubergine. Cela me fit penser aux vêtements que portent les druides ou les magiciens dans les récits du moyen-âge. Une voix grave mais agréable à entendre me sortit de mes songes.

  • Zakhar Goulven ! Cinquième du nom. Il se pencha dans un salut pompeux et très respectueux.
  • Enchantée ... Chuchotais je.

Un rire cristallin parvint de la seconde sphère.

  • Ce que tu peux être vieux jeu, Zak !... Heureusement que je suis là pour mettre un peu de gaieté !

L'autre souffla d’agacement.

  • Je ne suis pas vieux jeu, j'aime faire les choses comme il se doit ! Tu es une grande amie, mais tu peux être tellement exaspérante parfois !...
  • Je le prends comme un compliment !

Je quittais la première sphère des yeux pour les plonger sur la seconde.

  • Méline ! Ravie de te rencontrer ! Ne fais pas attention au vieux grincheux, il ronchonne tout le temps mais c'est un être adorable ...
  • Ravie ... J'étais médusée. Ma voix était à peine audible.

   Je regardais la chose la plus extraordinaire qu'il soit ! Elle était si menue. Une brindille paraissait solide et résistante à côté d'elle ... Elle portait une sorte de tunique très courte et un short d'un tissu identique, très fluide, dans les bleus presque azur. Ses cheveux étaient d'un noir de geai avec des reflets bleus-violets. Sa peau se colorait de milles reflets multicolores et ses yeux étaient d'un parme lumineux. Je me perdais dans ma contemplation. Lorsqu'elle secoua la tête en riant de mon hébétude, je vis que ses oreilles étaient pointues comme un elfe. Cet être ressemblait à ces papillons multicolores qui nous fascinent lorsque nous sommes enfants mais paraissait  mille fois plus belles.

Cette fois-ci ça y est ! Tu es folle et c'est irrémédiable ! Mais en même temps, ça vaut le coup de voir un spectacle pareil ! Profite en avant de te faire enfermer pour de bon ...

  • Nous ne sommes pas une hallucination ! C'est un peu vexant tout de même !
  • Quoi ? Comment faîtes-vous pour parler dans ma tête ?

Mon cerveau est devenu dingue ou quoi ? Il faut que je me ressaisisse ou bien que je me réveille !

  • Non! T'inquiète!  Nous sommes télépathes c'est tout ! Pas la peine d'en faire toute une histoire !

 

   Un soupir me parvint de l'énergie jaune.

  • Nous allons devoir partir. Quelqu'un te cherche ! Il arrive... On se reverra bientôt.

Les deux sphères redevinrent opaques. Je ne pouvais plus que distinguer leur silhouette. Puis d'un coup, elles semblèrent se vaporiser en un quart de seconde. Je reprenais mon chemin vers la maison. Quelques instants après, j'entendais mon nom.

 

Extrait de La porte des elfes « Réminiscences et découvertes fracassantes » tome 1

Martaud Katia 2016 ISBN 978-1-326-78341-9

Tag(s) : #Nouvelle

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :