Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

la photo de profil de Anne-Marie Soulier

 

 

 

 

 

"Ce qui est bas je l'emplis de passages"

                             (Esther Knidde, De Rivier / La Rivière, 1999)

 

 

Poursuivre l'horizon

sa brèche ardente

 

croire être de ceux-là que la sybille appelle

dans ses glossolalies d'oiseaux

 

effraies et pèlerins

goélands-barytons

 

apprendre des roseaux

les voies de l'interstice

et l'humus des départs

 

pour écrire demain

- oui ce sera demain -

 

la langue phréatique

du poème parfait

 

 

***

 

 

Pays aux yeux trop verts,

talus trop hauts les happent en jappant Ça Suffit

 

puis se laissent fléchir

par le galop fourbu

de nos guitares sèches

 

retour alors des fenaisons

orées des peupliers dans la force de l'âge

 

saignées de chemins traversiers

avalés par des loups dont nous ne saurons rien

 

hameaux semés par là leurs toits roux nous ignorent

la vieille église les requiert

 

le ciel là-haut espère encore

de nouvelle Zélande

 

(il fait l'intéressant le ciel avec ses bleus

ses catalogues d'embrasures

et ses bœufs blancs mythologiques)

 

un pont

sous l'eau

sourit

 

d'avoir

ce jour

été

 

 

***

 

 

Je me sais attendue

aux porches ébréchés

 

un mot m'est guérison

 

cœurs véhéments prêts à lever

verrous et chevillettes

 

m'ont donné rendez-vous

 

pour les fragments épars

de ma chemise ouverte

 

 

 

 

 

Ces trois poèmes inédits d'Anne-Marie Soulier viennent d'être publiés dans le dernier numéro (171) de la revue DÉCHARGE dont je recommande l'abonnement, tout comme la revue ARPA...

 

Anne-Marie Soulier a longtemps vécu à l'étranger (Allemagne, Algérie, Norvège, Angleterre). Elle réside maintenant à Strasbourg, où elle a longtemps enseigné l'anglais à l'Université.

En dehors de nombreuses publications en revues, elle est l'auteur de plusieurs recueils de poèmes ( Éloge de l'abandon, Patience des puits, Dire Tu), livres d'artistes (Je construis mon pays en l'écrivant, Carnets de doute, en collaboration avec Germain Roesz), de chansons d'un spectacle musical (Entre temps,2009) d'un journal de Chine (2007-2008) encore inédit.

Ses activités de traductrice concernent essentiellement les poètes norvégiens contemporains. Elle est régulièrement invitée à des séminaires organisés par la Norvège, et a bénéficié d'une résidence de traducteur à Oslo (septembre 2014). 

 

 

 

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :