Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

1

j'ai nagé

dans le cœur du cœur noir

mordant à ton absence

 

 

2

je suis allé au tout profond

là où se récitent les nerfs

là où dansent les cendres

 

 

3

ma nuit a pleuré tout l'espace

dans le cœur du cœur noir

dans la bouche d'une étoile

 

 

4

le souffle en flammes

jusqu`à éteindre l'esprit

c'est la prière de mon désarroi

 

 

5

tant de mots pour trembler juste

dans le cœur du cœur noir

que je porte à mes lèvres

 

 

6

je te dis toute ma fatigue

tout ce qui m'a brûlé

en orties de grâce

 

 

7

je te dis les mots blessés

dans le cœur du cœur noir

pour étreindre l'invisible

 

 

8

pour aspirer

le lait de la lumière

pour boire le dernier sommeil

 

 

9

pas à pas

dans le cœur du cœur noir

là où le feu devient bleu

 

 

10

le ciel dans les mains nues

la voix défaite

je me lave à ton sourire

 

 

11

une plainte sans mot

dans le cœur du cœur noir

c'est le sel de ta nuit

 

 

12

je te donne les étoiles

qui dorment dans ma bouche

la sève de mon effondrement

 

ZÉNO BIANU : PSAUME

13

je n'ai pas oublié l'ébloui

dans le cœur du cœur noir

je n'ai pas oublié ta fièvre

 

 

14

je te donne ma pénombre

comme une chair tendue

je t'offre mon sang de nuit

 

 

15

j'écoute ta solitude

dans le cœur du cœur noir

je l'écoute assoiffé

 

 

16

je réponds à ton aurore

j'ouvre ma blessure

dans la chambre des cieux

 

 

17

où je déborde

dans le cœur du cœur noir

tes os disent la nuit rouge

 

 

18

c'est l'œil de ta nuit

qui me tresse

et me sauve

 

 

19

c'est l'œil de ta pluie

dans le cœur du cœur noir

vers la saveur sans fin

 

 

20

ce qui frappe à mes tempes

et me palpite

c'est la voix de ta nuit

 

 

21

dis-moi le récit du ciel

dans le cœur du cœur noir

dis-moi les lèvres des larmes

 

 

22

dis-moi la rosée et le royaume

accepte ma cendre

d'infini en infini

 

 

23

je te rejoindrai

dans le cœur du cœur noir

où saigne la lumière

 

 

24

puissions-nous connaître

le versant blanc du vide

pour perdre le nord à jamaisa vision

ZÉNO BIANU : PSAUME

25

j'accueille ta vision

dans le cœur du cœur noir

l'écho de ta blessure

 

 

26

tout est à vif

dans la bouche des nuées

tout est offrande

 

 

27

j'appartiens à ton souffle

dans le cœur du cœur noir

à la source sans retour

 

 

28

la rage au ciel

enfin dépossédé

j'invoque ta brûlure

 

 

29

ton verbe renversé

dans le cœur du cœur noir

j'en fais mon visage

 

 

30

ta voix promise

j'en dis l'horizon

et la faille si douce

 

 

31

plus bas sans appui

dans le cœur du cœur noir

je m'écorche à ton étoile

 

 

32

la nuit tremble

et je la recueille

pour t'engloutir enfin

 

 

33

l'infini se lève

dans le cœur du cœur noir

avec le ciel ravivé

 

 

34

avec le cœur à l'écoute

dans la saison du souffle

aux confins de l'intime

 

 

35

le lait de l'éveil

dans le cœur du cœur noir

je l'offre à ta nuit

 

 

36

je te dis le très vif

le terme des étoiles

tout ce que le ciel voit

 

 

37

je te dis la source même

dans le cœur du cœur noir

où tout n'est que visage

 

 

38

pour un diadème de cendres

pour ce bleu de tombe

respirant dans ton regard

 

ZÉNO BIANU : PSAUME

 

39

je te dis l'abîme et la vie

dans le cœur du cœur noir

je te dis l'unique égarement

 

 

40

sans fin sans mesure

dans le deuil de ton passage

où la lumière nous cherche

 

 

41

jusqu'à la toute adoration

dans le cœur du cœur noir

parcourus du même souffle

 

ZÉNO BIANU : PSAUME

 

Photos d'illustration d' André CAMPOS RODRIGUEZ / Tous droits réservés:

 

Pour lire copieusement Zéno BIANU, vous pouvez, pour une somme modique, vous procurer : "Infiniment proche" suivi de "et Le désespoir n'existe pas" aux éditions nrf / Poésie / Gallimard, décembre 2015, 330 pages.

 

 

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :