Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

   Herbe, herbe et parfums sous le vent, usage subtil du matin, fleurs plénières, ailes citées dans l'ombre, exhaussées dans les nuits sans remords,

   autant d'amour, autant d'images !

   Nous avons part à l'essentiel comme sous la fenêtre (nous dormions à son revers, flèches aux lèvres d'or) cet enfant qui chantait contre les villes défaillantes.

   Et moi, homme à peine encore sous ta bouche naissante, je gagne un vaste essor,

   comme une île, comme une île soudaine dans son siècle de vagues. Et toi, vivante et le taisant déjà ainsi que le sommeil

   quand il est passé sous son arche d'étoiles, comblé de sa puissance et de son peu de poids !

   Et c'est assez pour nous que ton silence,

   cet art de prendre sans tenir, et d'agréer le jour sans le nommer.

   Les heures s'engendrent aux jeux de la lumière, en nous se jouent les significations extrêmes, sacre sur l'énigme.

   Il suffit que notre joie dure une seconde de plus que l'éternité. C'était hier. Lait et félicité sur nos lèvres.

 

 

 

Extrait du recueil  "Le sentiment du Monde" édité par Cheyne éditeur et qui a reçu le prix Appolinaire 1994 ...

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0