Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Anise Koltz

 

 

 

 

 

 

 

Pendant toute la journée

seul le jour passait

 

 

                           ***

 

 

L'eau qui dévale des montagnes

se repose dans ma cruche

 

 

                         ***

 

 

Des pierres lancées

contre moi

j'ai construit

les murs de ma maison

 

 

                          ***

 

 

L'homme

se contemple

dans l'homme

 

Il meurt

comme un verbe

aboli par un verbe

 

 

                        ***

 

 

Je vais

je viens

je sors du temps

 

Mon poids

alourdit l'univers

 

 

                         ***

 

 

Un ange nous frappe

le crâne

avec des rayons de lune

 

Il nous empêche

de demander à Dieu

"À qui ressemblons-nous ?"

 

 

 

                        ***

 

 

 

En dehors du rêveur

les rêves s'accomplissent

ils labourent la même terre

que la vie

 

 

                          ***

 

 

Marcher à travers les siècles

à travers le temps

des vivants et des morts

 

Sur une route

où nous partirons demain

pour arriver hier

 

 

                         ***

 

 

Retourne-toi

le passé

est l'inventaire du futur

 

Tu mourras de ton origine

tu vivras de ta mort

 

Le monde est un caroussel fou

où tu chevauches ton ombre

 

 

                             ***

 

 

 

Dans mon poème

les soirées vieillissent

les ombres s'entassent

dans les coins

 

La peur

s'appuie sur l'échafaudage

des mots

 

 

                        ***

 

 

Depuis des jours

tombe la pluie

dressant des colonnes d'eau

dans les cours obscures

où rouillent des enfants

 

 

                      ***

 

 

L'arbre multiplie ses feuilles

les aditionne

les déduit

calcule sa racine carrée

 

 

 

                            ***

 

 

Et Dieu demanda au poète :

"Qu'à-tu fait de mes paroles

plus fertiles que les semences ? "

 

Le poète répondit :

"J'en ai fait des poèmes

ils ont explosé

 

Comme l'astrologue

je contemple les trous noirs"

 

 

                          ***

 

 

Mes naissances

me poursuivent

 

Je passe à travers les mères

sans les retenir

 

Des marches descendent

vers leurs bassins

où nagent les viscères

 

J'y fais flotter mon ombre

comme une plante aquatique

 

 

                              ***

 

 

 

Sans me regarder

ma mère me voit

tel un paysage

où elle n'aurait pas grandi

 

"Tu es l'image

de ton père

dit-elle

en me lavant

comme un mort"

 

Mes os

radeaux de sauvetage

glissaient dans le sang

 

 

 

 Poèmes choisis sous le titre Somnanbule du jour

nrf / Poésie / Gallimard ; décembre 2015.

 

 

 

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :