Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

Au bord des vergers l'eau claire

Du lavoir où s'agenouillent

Des femmes bras nus mains rouges

Courbées sur des draps immenses

 

J'ai cru m'échapper sur l'onde

Et n'ai goûté que l'écume

Tes mains d'amour me rattrapent

Me déplient lavent mes ombres

 

 

                                *

 

 

Ce qui veille sous la pierre

Est fait d'aurore et de larmes

Sur les tombes la lumière

Lit les noms d'un doigt secret

 

Passants sondez cet abîme

Où les visages s'effeuillent

Cette pluie d'or qui recueille

Un pollen d'éternité

 

Les pruniers s'appesantissent

Sur les zinnias les vendanges

Passent le brouillard s'effrange

Aux buissons mais rien n'épuise

 

La soif de l'impérissable

Qui tourne comme l'écharpe

Des morts entre nos mains vides

Quand nous parlons du Royaume

 

 

 

 

                                     *

 

 

 

 

Tous les plis du paysage

Se sont défaits s'aplanissent

C'est là que de frais murmures

Montaient le soir m'appelaient

 

Puissants comme la musique

Sur l'âme trouvant l'issue

A la prière de l'arbre

Mon frère assoiffé d'étoiles

 

Des pommes perdues sous l'herbe

Des mouches dans un trou d'eau

Les saules tôt défeuillés

Se plaignent le vent se lève

 

L'homme regarde ses mains

Dit qu'elles sont inutiles

Qu'il faut trouver la prière

Pour cheminer jusqu'au jour

 

 

 

 

                                   *

 

 

 

 

La rouille qui nous dévore

Tombe à présent des tilleuls

Mais l'étincelle d'un chant

De mésange nous préserve

 

Un bonheur de ciel un feu

Sous la brume un air qui vibre

Montant à ce point sublime

Où la mort n'a plus de prise

 

 

 

 

Récemmemt paru : Figures et miracles avec des gravures de Clément Leca (La Fenêtre ouverte).

 

Poèmes parus dans la revue arpa  n°115-116 1er trimestre 2016

L'une des meilleures revues de Poésie actuelle...

 

s'adresser à Jean-Pierre Farines, 148,rue Docteur-Hospital

63100 Clermont-Ferrand

Abonnement 40 euros pour 4 numéros par chêque bancaire ou postal à l'ordre d'ARPA.

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0