Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Anne Dujin

 

 

 

 

 

 

Plonger dans l'eau noire du lac, comme au fond

de ton âme, tu ne le peux plus. Craignant peut-être

que des monstres d'avant la parole ne t'attrapent

 

S'est perdue la force de l'enfant

qui ouvre les yeux sous l'eau

sans redouter la brûlure, entraîné

par l'appel des trésors enfouis

 

Mais tu vois aujourd'hui ce qui te fut longtemps

invisible à la surface. La mousse des nuages

qui adoucit le sommet des montagnes

 

l'air, plus transparent chaque jour

qui gonfle patiemment la voile de l'esprit

 

et le ciel entre-ouvert, penché sur ton front

qui t'invite à comprendre et aimer toute chose

 

 

*                   

 

 

 

Comment avant toi le serviteur du maître

tu as enterré ton désir et ton talent

quelque part, très profond.

 

Dans quel coin du jardin

les chercher aujourd'hui ?

 

Tu en as besoin pour combler

le fond du tonneau percé

où les heures fuient.

 

Des heures blanches qui ne laissent

aucune trace, sur aucun papier.

 

Tu attends anxieuse qu'une voix t'appelle

et te demande ce que tu as fait tout ce temps.

 

Je t'ai attendu, j'avais besoin de toi

pour m'aider à chercher, diras-tu

 

car il y a longtemps que j'ai oublié

le visage de mon désir et l'écho de mon nom.

Toi seul peux les retrouver.

 

Alors tu sentiras le sang piquer tes doigts gourds

et tes mains peu à peu, s'ouvrir

prêtes à retourner, s'il le faut, toute la Terre

 

 

                                  *

 

 

 

Il est des moments, où tout est baigné de lumière

la bague autour de ton doigt

le vase où s'ouvrent les pivoines

les yeux noirs de ta fille

 

Et pourtant tu restes en alerte

tu guettes l'ombre, qui annonce l'accident

comme tu devais

un jour, payer un prix caché

 

Quel chemin devras-tu encore faire

pour accéder plus profond, à l'envers de ton cœur

et en arracher

 

cette racine noire, avide, qui s'abreuve

au mince filet de ta confiance ?

 

 

 

 

 

 

Poèmes parus dans la revue arpa  n°115-116 1er trimestre 2016

(L'une des meilleures Revues de Poésie actuelle...)

 

s'adresser à Jean-Pierre Farines, 148,rue Docteur-Hospital

63100 Clermont-Ferrand

Abonnement 40 euros pour 4 numéros par chêque bancaire ou postal à l'ordre d'ARPA.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0