Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

LE JEUNE HOMME AU JARDIN

 

 

Un jeune homme le suivait, n'ayant pour

tout vêtement qu'un drap, et on le saisit ;

mais lui, lâchant le drap, s'enfuit tout nu.

SAINT MARC

 

Il le regrette

ce fameux drap

Comment couvrir un peu

de la nuit béante ?

Aujourd'hui, il en a un autre

moins beau, dit-il

Entre les deux

l'instant blanc, insupportable

où il s'est enfui

tout nu

Il était là, peut-être

le vrai début ?

 

http://p2.storage.canalblog.com/21/54/906468/85291482_o.jpg

 

 

 

 

 

 

JUDAS

 

 

Il a jeté les pièces dans le temple

éclaboussant à peine le silence

La queue du dragon balaie

le tiers des étoiles qui l'ont conduit

au bout de cette nuit sans air

Elles brillent là-bas comme au fond de l'eau

pour un vœu secret, irréalisable

 

 

 

 

 

 

Nous ne sommes plus innocents. Tout en bas

la mer accuse les rochers sans relâche

avec la frénésie d'un enfant en larmes

Nous grandissons parmi les échancrures

les chênes-verts, l'odeur des buis en fleur

de plus en plus maigres, desserrant à grand-peine

les nœuds coulant de la lumière

sans pouvoir atteindre les tours de l'espace

ni retrouver le sol inaccessible

Puissance et pardon sont également loin

notre tête se vide entre ciel et terre

 

 

 

 

 

 

 

 

PIERRE

 

 

Nous avons perdu jusqu'à notre nom  

pour oublier celui de l'accusé

Cette nuit-là, au milieu du cercle

Pierre s'est lavé les mains à la chaleur

Tel fut notre procès parmi les serviteurs

tandis que les murs écoutaient ton silence

Les cendres dans la cour se sont cicatrisées

Regarde-nous, Seigneur, quand tu sortiras

 

 

 

 

 

 

   Quand nous entrons dans le jardin de ton agonie, dans le palais de ton procès, nous n'allons guère au-delà des premiers arbres, de la première cour. Alors nous saisit notre propre agonie, notre procès dans le vestibule. Ainsi, nous vivons nos ténèbres séparées des tiennes. Il faut le chant du coq pour percer la coquille de l'aube.

 

 

 

 

 

in Accompagnement ; pages 99 à 101

éditions  nrf

Poésie / Gallimard, février 2016.

 

Jean-Pierre Lemaire : Le pays derrière les larmes
Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0