Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

   Bleu des profondeurs infinies, cœur de l'abime entrouvert, l'autre monde m'apparaît si proche en ces grands espaces baignés d'une lumière insoutenable...

   Comme à l'intérieur du jour son noyau inaccessible... Ou sa pointe extrême, qui ne me laisse aucun repos, si fine, si aigüe qu'elle en devient blessante...

   Clair, pur azur - traversé  de longs vaisseaux au sillage rectiligne, tandis que des frêles balustrades nous retenons du regard les lambeaux de nuages irradiés...

   Et la buse ivre d'air et de bleu, ses ailes déployées comme le volant du derviche autour d'un soleil invisible

   son cri sur l'azur nu

   point mobile, centre fuyant d'un cercle que tu renonces à fermer...

   Vif azur - ardeur, grand large, haute mer plus loin que l'horizon, où les pics s'enfoncent comme des finistères, phares foudroyés, écueils asséchés dans l'altitude bourdonnante...

   Noir, incommensurable azur - criblé d'étincelles glacées, plus dur que l'outremer, voici que l'envers du jour ranime les vertiges où des astres roulent sans fin, semant dans l'énormité les lueurs de fulgurantes naissances...

   Azur tout en équilibre - qu'on approche en se gardant du moindre geste - sans âge ni visage, sans haut ni bas - à même les yeux, dans le ruissellement  d'une seule vague, toute la lumière, toute la profondeur des mondes dans les aubes claires et vastes, qui s'avancent loin dans la nuit comme des mains frémissantes... L'âme s'y glisse, lisse et unie, transparente dans le jour sans bord, un seul et large souffle, que dissimule l'étoffe diaphane de l'espace...

 

 

Ce poème (pages 50 et 51) est extrait du recueil  "Puissance et mystère" paru aux éditions "Le Castor Astral" en juin 2010.

 

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :