Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour découvrir André Campos Rodriguez  (IV)

La deuxième, la troisième et la quatrième partie de "Pour découvrir André Campos Rodriguez" comprennent  un choix de poèmes édités il y a quelques années et quasiment introuvables -  pour le moment...

 

 

 

                                          Éclats...

 

 

1.

 

Tu auras un arc de paroles

pour atteindre, au moment de mourir

dans un bruit d'aile soulevée,

le centre.

 

Tu auras ce qui dit à la fois

le commencement et la fin,

l'éclat.

 

Tu auras cette nudité,

flamme établie

dans l'autre monde.

 

 

 

 

2.

 

Qui marchera là

quand on avance plus

 

- front labouré

où l'âme se voûte

par la menace de l'ange sévère,

 

quand culmine et se noie

l'irréparable éclair,

le blé absolu ?

 

 

 

 

3.

 

Lumière aux mains d'orage

où résident nos destins,

nos pas qu'un même vent entaîne

se fourvoient toujours

à épouser les mêmes chemins.

 

Ainsi tremblera encore

le jour à venir, et la mésange

pour annuler le néant,

étendra son ciel.

 

 

 

 

4.

 

Toi qui est venu,

d'un pas sans ombre,

cueillir tel un fruit mûr

les paroles de la nuit,

 

sans détours

tu t'adresseras au mystère

afin qu'il réponde autrement,

 

qu'il ouvre l'espace

de ton souffle,

 

qu'il réconcilie ta fièvre

avec la lumière,

 

qu'il héberge le chemin.

 

 

 

 

5.

 

Passeur,

tu devras pousser ta barque

vers l'autre rive

sans savoir quels fonds

trouvera ta perche.

 

Nautonnier des étoiles,

tu ne pourras haïr

renards et loups,

les filles et fils de Caïn

enfantés depuis Hénok.

 

Parvenu de l'autre côté

où ne se déroberont plus

les apparences,

les rêves troubles, les reflets,

un doux jardin,

tu pourras enfin ouvrir

à toutes les voix meurtries,

chant profond

qui portera témoignage.

 

 

 

 

6.

 

Songeant à l'agonie du monde,

tu te vêtiras du lourd manteau de sang

où l'âme s'accable

mais se fraie passage

pour mieux se perdre en arrivant,

marche immobile, pleure

la joie et chante

louange au malheur,

éteint la flamme en l'allumant.

Mais quel sang ouvrira

un présent sans confins,

fleur du silence

dans le champ des étoiles ?

 

Pour découvrir André Campos Rodriguez  (IV)

7.

 

Jamais l'orage,

autours des roseaux,

des herbes humides,

n'oubliera tes pas errants,

ni ton espoir d'un appontement

pour ta barque

dans le secret des rives

indistinctes, le trouble

clapotis des eaux.

 

Et dans la terre des prodiges

tu ne pourras pas chanter la vie

sans l'éprouver dans la douleur

d'une virginité promise.

 

 

 

 

8.

 

Comme un jeune dieu

de nulle part surgi

qui passe à gué le fleuve,

sa barque solitaire

chargée de feux obscurs ;

 

comme un jeune dieu

qui s'élance

mais ne peut

cheminer,

 

Homme

vertical,

Fils

horizontal,

Croix,

 

centre et source

de l'origine.

 

 

 

 

9.

 

Souffle de l'inconnu,

cristal présent,

noces où la foudre

nous comble d'amour,

 

où les mots

ne sont que cendre aspirée

dans un gouffre de lumière,

 

comment prendre possession

quand nous sommes possédés ?

 

 

 

 

10.

 

Si le Commencement

est un ailleurs

qui est ici,

 

ne cherche qu'un ange

aux ailes d'argile :

 

fulgurance, cime, chaude étreinte

dans la pesanteur du corps,

temple orienté où murmure joyeusement

l'indicible chant de la vie

- du silence...

 

Seule l'inaugurale ascension

d'un poème accompagne

l'éclat de l'instant,

son éternité.

 

 

 

 

11.

 

On osera prouver

qu'ici l'arrachement

en plénitude se mue,

 

passion vespérale

non loin de l'éclosion,

 

frontière aiguisée

où le fusil du temps

nous tient en joue.

 

 

 

 

12.

 

Un jour où tranhumeront les étoiles,

où sous un ciel voûté

les bergers seront rois,

un jour d'invisible écume

où battra le cœur indéfini des dieux,

un jour de sirènes

et de lueurs filantes,

de vagues moutonneuses,

de vaisseaux célestes,

de marins à la proue,

un jour où tu sortiras de ta cage

pour vaciller - étincelante lisière,

souverain d'être

une décisive approche.

 

Pour découvrir André Campos Rodriguez  (IV)
Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0