Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour découvrir André Campos Rodriguez  (II)

La deuxième et la troisième  partie de  "Pour découvrir André Campos Rodriguez" comprennent un choix de poèmes édités il y a quelques années et quasiment introuvables - pour le moment...

 

 

 

 

 

                                             L'INSTANT UNIQUE

 

 

                                                  I

 

            Dans les marais où s'égare l'imprudent,

            aussi se perdent l'espace et le ciel

            et dans l'exiguïté qu'impose la menace

            s'interrompt le souffle,

            se retranche, divisé, le monde

            méditatif, tout geste se mesure

            et les mains ne caressent plus

            que les hanches du vide.

 

 

 

                                                   II

 

            L'herbe tiède que fauche l'ombre

            n'apaisera plus les pieds de l'exil.

            Aveugle et refoulé

            dans les souterrains de la mémoire,

            demeure un passé qui féconde la douleur.

 

            Il est temps de fermer ses volets,

            de chercher l'amitié d'une lampe.

            À travers les limbes du soir,

            elle tracera une sente de quiétude.

 

            Pour continuer demain ma route,

            je refuserai de voir la mort soumise

            à l'obscurité du hasard,

 

            et défiant le sort

            j'ouvrirai vers le silence

            les fenêtres du soleil.

 

 

 

 

                                               III

 

            Pris dans le cercle d'une bougie,

            j'observe la nuit haute et végétale

            enceinte du mystère

            de l'origine et de la fin,

            accoucheuse d'aurores

            qui sait si bien que la douleur

            va de pair avec le don.

 

            Ô ne veiller ici que pour l'instant,

            l'imprévisible éclair des éclipses du temps

            (ce bref vertige qui nous exclut de la mémoire

            et nous allège de l'avenir),

            flèche insaisissable décochée

            par l'espace ouvert de l'attente !

 

 

 

                                                    IV

 

            Entre les murs qui divisent le monde,

            ton unique raison est d'être

            l'explorateur des failles.

 

            Et tu attends toujours l'aurore,

            non pour le jour

            mais pour l'unique instant

            où tout bascule vers une renaissance,

 

            le centre où vie et mort

            sont complices et fraternelles.

 

 

 

 

                                                             V

 

            En se confiant aux nuages

            aux arbres et à la rivière,

            le corps mérite la lumière

            un vide où germe le monde.

 

            Au point du jour, tu t'éveilles

            pour goûter cet à-pic

            à la saveur d'éternité.

 

            L'air a gravi les pentes

            de mille siècles d'obscurité

            mais tu sais que, fugitives,

            déjà te guettent les images

            enchaînées du devenir.

 

 

 

 

                                                    VI

 

            Se redresser, sortir des ornières

            créer l'inconnu, le mouvement

            un élan qui révèle les frontières,

            non comme limite mais passage,

            promesse à tous les vents offerte,

            lieu de l'écart et du détour.

 

            Tout retrouve un espace charnel

            et rien n'est laissé pour compte :

            la parole de louange, le chant profond

            la nature exaltée, la fille odorante

            dans un frisson de l'air

            où les sens sont convoqués.

 

            Matin transfiguré, heure limpide,

            quand le jasmin s'obstine

            à envelopper les amants

            qu'une étreinte a libérés !

 

 

 

                                             VII

 

            Du feu, avoir le sang, la force reptilienne

            - que la nuit couve en son sein -

            où, tout constellé d'or, le taureau s'est répandu

            dans le rituel qui renouvelle le sacrifice

            et les ombres à l'agonie.

 

            Au soleil comme à la colombe

            tout le ciel est ouvert,

            mais pour tout salut

            le naufragé ne distingue qu'une île :

            l'aurore, l'heure aérienne.

 

            Aurore, fille du passage,

            percée soudaine de l'inconnu

            au-delà de ce qui signe

            la souffrance et la mort.

 

 

 

 

                                               VIII

 

            Dans le pays de plénitude

            (où l'abandon est signe de confiance)

            s'établira l'invisible correspondance

            entre l'étendue et le corps,

            l'alliance à travers la faille

            enfin ardente du regard,

            lumière

            où étincelle rendues à l'azur

            afin que, dépouillée, toute douleur

            devienne le creuset d'une renaissance.

 

 

 

 

                                                      IX

 

            Depuis ton océan d'argile et d'étoiles,

            dans le vent du chemin, n'exclue rien

            ni la pierre, ni l'arbre

            même s'il faut subir

            la barbarie du chaos,

            devenir une figure nuptiale

            ou un simple galet perdu dans le torrent.

            Et sur la haute crête,

            soudain tout fera sens

            par la plaie vive du jour.

 

 

 

 

                                                X

 

            Lentement, le feu ardent d'une peupleraie

            a déchiré l'ultime voile de la nuit,

            clarté recevant tel un écrin

            le cristal de l'instant,

            la source mûrissante d'une parole

            de chair et de sang.

 

            Grandes sont poutant tes craintes

            et seule une aveugle jubilation

            te pousse où la pensée se disloque

            puis, effrayée par le vide,

            reprend tout pouvoir sur l'esprit.

 

            Être le défi que porte l'aube :

            l'heure où l'indicible t'accorde

            à l'au-delà qui t'habite.

 

 

 

 

                                                 LA LUMIÈRE IRRÉDUCTIBLE

 

 

                                                    I

 

Âme, eau, incendie bleu,

fils rebelle aimanté

par la pureté de l'origine,

ta terre est un hameau

oublié des dieux

où se condense l'exubérance de tes voyages.

La solitude porte une béance

que tu as tranformée en refuge,

atelier où toute résonance

puise, du silence,

l'éclat phosphoré,

la laine ou la foudre.

 

 

 

 

                                II

 

Dans la marée nocturne,

quand la blanche flamme des acacias

inspire au monde des tourments,

le condor, soudain traversé par le feu,

dans un corps à corps

deviendra frère du taureau.

Dans le vertige et la grâce,

ce sera comme une chute définitive

mais triomphale, un ciel renversé

où planera le signe d'une fusion.

 

 

 

 

                                III

 

Toi, l'enfant astral,

ailé dans l'insolence par le verbe,

à l'assaut des hautes crêtes

où s'incante le vif-argent de la parole,

l'indicible feu d'une oraison,

connais-tu vraiment

la blanche déesse des ténèbres,

inspiratrice lumineuse

ou habitante trouble des étangs,

qui, de sa voix de chouette,

hèle l'égaré

lorsque la lune pleine enfante

tous les cauchemars du monde ?

 

 

 

 

                                     IV

 

Tout désert porte un marcheur exalté

par la fécondité de la distance,

voyant et météore

déchiqueté avant la transparence

sous la pesanteur d'un soleil obscur,

rameau sec cherchant une eau souterraine

dans la fièvre de l'absence

où s'évapore la raison ordinaire,

passant, par l'infini, illuminé.

 

 

 

 

 

                                    V

 

Dans l'aride épreuve de la nuit,

quand la pensée n'est plus qu'un outil précaire,

tu es cet ouvrier qui rabote sans fin

le contour d'une perpétuelle insomnie.

Mais sais-tu que si l'attente

n'est plus prospère, d'un tourment

l'éternité s'installe, que ton chantier

ne peut être sauvé qu'une fois accueillie

toute l'allégresse de l'aube ?

 

 

 

 

                                    VI

 

Avec la blessure,

l'élan est la seule arme

de l'homme debout.

 

Et celui qui veille

jamais ne s'avise

de renier la nature

mais rejoint le lit

où coule sa liberté.

 

Il n'ignore pas

que la prise de distance

écarte l'éternité sauvage

de l'humble violette,

 

et, de l'air et l'oiseau,

reconnait les épousailles

dans la flamme du temps aboli.

 

 

 

 

    

Les poèmes vont continuer à être publiés petit à petit tous les jours.... donc à suivre !

 

 

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0