Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Peinture de Fabian Perez (consultez son site...)

 

 

 

 

 

 

 

Ton visage est ma plénitude

un jour plus loin dans le jour

une parole des commencements

qui s'accomplit sur tes lèvres.

 

Et sur mes lèvres une lueur d'avant le temps

qui a traversé toutes les nuits

tous les âges pour rallumer deux grands yeux

deux petites flammes aux portes

du sanctuaire.

 

Ton visage comme une icône

une rumeur entre mes mains

un seul nom pour dire l'amour

enfin révélé

l'amour de plus loin que nous

qui fait de nos corps si proches

l'ultime lointain.

 

 

 

 

 

   Dans tes bras brillait l'infini que je n'ai jamais

su tenir.

   Dans le pli au creux de l'épaule nue, ce long

pli dans la chair taciturne, il y avait, il y avait

ce que nous cherchons par-delà les cieux et les

mers.

 

   Et mes mains courent l'étrange pays

   jusqu'à l'horizon que nous broyons, entre

nos deux corps bord à bord

   tes lèvres luisantes dans la nuit, humides de

cet amour qui vient nous prendre

   pour nous mener où nous ne saurions aller

   nos deux corps jetés comme un seul corps

   sur le rivage blanc et qui n'avaient qu'un sang

   une seule haleine pour murmurer

l'impossible union

   de l'ange clair et de l'homme suant

   glorieux et vaincu.

 

 

 

 

 

   Cette blancheur de la chair comme d'un fruit

sous la peau

   quand la main à tâtons cherche dans la nuit

   la lueur chaude d'un ventre à découvert

   parmi les plis et les creux, comme vers la

branche

   les bras se tendent toujours plus haut, plus

loin

   sans pouvoir dire le nom qui brûle

   à l'impossible sommet

   où pourtant il nous faut tenir si l'on veut

entendre

   le jour ruisseler, les corps changer

   l'amour nous confondre.

 

 

 

 

 

 

                   Virginité

 

Si loin le creux de toi qui bouge

encore à naître notre jour

où les paysages se lisent

à l'envers, la vie éprise

l'univers toujours entre nous

ta chair comme une fleur qui s'ouvre

jusqu'en son cœur humide et rouge

de tes yeux a gardé l'éclat

pour atteindre la corde d'âme

et chante plus loin que l'amour

tout le clair de cet autre jour

qui est toi et que je cherche encore

loin, si loin au fond de nos corps.

 

 

 

 

Le Passeur éditeur / Collection Hautes Rives  15 Euros TTC, Juin 2015

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0