Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Daniel Thibaut : le Verger mémorable (2)

 

MARCHER DANS LE TEMPS

 

 

 

 

Marcher dans le ciel,

marcher dans le temps,

se dire que notre vie se joue

dans le mouvement

des ombres passagères.

 

Dormir à côté de soi,

jeter derrière l'horizon

les planètes de nos yeux,

vivre sans nous

dans le vif de la pierre.

 

Prendre dans ses mains

une flaque de ciel

pour que les fenêtres

viennent boire

à la source de nos yeux.

 

Se vouloir, dans le présent,

immortels.

(L'infini est une brindille,

un éclat de verre.)

 

Refermer ses paupières

sur le bleu de la nuit

quand les hommes, corps et âme,

s'abîment sur les récifs

du ciel.

 

 

 

 

Jouer avec le temps,

gagner simplement sur la lumière.

 

Quelquefois l'on se retourne

pour se voir vieillir

entre l'écorce et la pierre,

l'on marche derrière soi.

 

Une fumée dans le soir

est à l'image de notre vie

à jamais transparente

dans l'invisible qui nous cerne.

 

 

 

De part et d'autre de soi,

le temps à vif,

hier l'attente,

demain la certitude

pour le présent têtu

dans la force des ronces.

 

 

 

L'ombre de l'arbre

sur le mur,

en sait plus que l'arbre.

 

Et l'ombre de l'ombre

de l'arbre sur le mur

en sait plus que l'ombre

de l'arbre.

 

Ne va pas plus loin.

 

Dans le jour fumant

la lumière se fait rare.

 

Un peu de pluie sèche

au-dessus des maisons.

 

 

 

 

 

 

Daniel Thibaut : le Verger mémorable (2)
Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0