Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lor Zevan

 

 

Je me souviens d’un film intitulé “L’ Apiculteur” avec Marcello Mastroïanni. Une pépite de simplicité sur une idée grandiose : le bonheur. Mettre en lumière la chose est peu aisé à l'ombre d'un grand mot.
 

“Les grands mots sont comme ces rochers en carton-pâte que soulèvent, en mimant l’effort, des héros musclés dans les peplums de Hollywood” disait Paul Valéry.
 

"L’Apiculteur" date de 1987. Et nous attache au dernier voyage de Spyros, apiculteur vieillissant en Grèce, qui, après le mariage de sa fille, quitte sa femme qu'il n'aime plus et, à bord de sa vieille camionnette, dans les chemins de la Grèce apaisante mais sombre, file doucement à la rencontre lumineuse de sa mort, se repérant aux fleurs, pour soigner ses abeilles, dernières compagnes.
 

Depuis que je l'ai vu, souvent, avant de m'endormir, dans mes yeux fermés revient la dernière image du film : Marcello Mastroianni se penche au-dessus du berceau d'un nouveau-né autour duquel se pressent des adultes enchantés, rêvant déjà son avenir, tout ce qu'il pourrait devenir et soudain, dans un souffle, il leur dit : "Apprenez-lui juste à être comme tout le monde."
 

Ni génie ni héros ni maître ni esclave ni image ni légende ni célèbre ni connu ni reconnu, être seulement soi, en étant vraiment là, avec les autres, présent au monde, être soi comme tout un chacun. Etre unique, comme tout le monde. Etre comme tout le monde, unique.

 


 

Tag(s) : #Méditation

Partager cet article

Repost 0